Dame Rachis et Monsieur de L’Intestin… … Ou le derrière et le Dedans

Dame Rachis, harassée par sa charge quotidienne
Se plaignait souvent, du matin : trop rouillée au soir trop : fatiguée,
Que le sol est bien bas et son étreinte pesante
Pour sa silhouette articulée pourtant bien gainée.

Monsieur de l’Intestin vivait toujours caché
Bougon et irrité, il faisait pourtant sa besogne nécessaire
Non sans manifester ses accès de fureur de détresse ou d’ennui.
Pièce maitresse d’un corps impétueux, dans le noir patiemment,
Il attendait légitimement
Une reconnaissance des colocataires
De ce corps arbitraire.

Un jour fatigué des revendications de chacun,
Le Cerveau décida de convoquer tous les protagonistes
Que tous se présentent et disent leurs attentes.

Le coup de foudre fût retentissant
Entre dame Rachis et Monsieur de l’Intestin.
Ils partageaient depuis tant d’années …
Le même espace mais dos tourné !
Désormais face à face ils ont choisi d’évoluer.
Dame Rachis n’est plus harassée.
Monsieur de l’intestin toujours de bonne humeur.

Désormais toute la copropriété
Fête ces deux mariés
Qui lui donnent joie et prospérité.

Continuer la lecture de « Dame Rachis et Monsieur de L’Intestin… … Ou le derrière et le Dedans »

Diagnostic… le temps d’une pause

Il est souvent intéressant de revenir aux racines étymologiques. Non pour le caractère docte de la démarche mais avec une réelle envie de comprendre ce qui fait parfois notre quotidien. Vous en conviendrez, le diagnostic concerne au premier chef les professionnels de la santé. Ainsi, « poser le diagnostic » est souvent le saint Graal auquel chacun de nous aspire. Or, nous allons le voir, le diagnostic n’est pas le Graal… c’est la quête !!

Et ça change tout !!! Continuer la lecture de « Diagnostic… le temps d’une pause »

J’ai mal au dos…vous avez une Lombalgie !

 

Plutôt que de se réfugier derrière un terme pseudo technique simplement sorti d’une double étymologie Latine (lombus : Rein) et Grecque (algie : douleur), tachons de rester face à l’appellation de nos patients « j’ai mal au dos » et tentons de remonter au Pourquoi? Que se passe t’il ou que s’est il passé?

Nombre de thérapeutes savent depuis longtemps que si ça fait mal derrière (au dos) c’est souvent parce que ça « tire » devant (le ventre). Continuer la lecture de « J’ai mal au dos…vous avez une Lombalgie ! »

Les « Oméga 3 » …

Les Oméga 3…

Tentons de présenter ces « fameux » Oméga 3.

Il s’agit d’Acides Gras, de graisse donc, mais plus exactement il s’agit d’une famille de gras de très haute performance, la « Rolls » du gras en quelque sorte. Mais voyons pourquoi…

Notre corps est constitué principalement d’un amas hyper sophistiqué, hyper organisé de cellules vivantes pour la plupart et qui nous appartiennent pour quelques unes d’entre elles (mais ça nous y reviendrons une prochaine fois). Ces cellules renferment une très grande quantité d’eau et voilà pourquoi nous considérons généralement que notre corps est constitué à 70% d’eau. Ces cellules sont donc des « sacs », à la paroi très sophistiquée également mais capable de retenir toute cette masse d’eau. Autant donc, avoir des « sacs » de qualité.

Il se trouve que ces parois cellulaires sont constituées majoritairement des ces acides gras. Intuitivement il est donc facile d’imaginer, qui de la paroi dure et rigide ou du sac souple et élastique, sera le plus à même de traverser les diverses sollicitations mécaniques auxquelles notre corps fait face à chaque instant. Qu’est ce qui est moins fragile? Un globe de cristal ou un ballon de baudruche?

Il est par conséquent particulièrement intéressant pour nous d’incorporer à nos parois cellulaires du « gras souple » plutôt que du « gras cassant » !

Il se trouve que les Oméga 3 sont les acides gras Polyinsaturés les plus souples qui soient. Pas étonnant de les retrouver préférentiellement dans le Krill ou les petits poissons gras qui peuvent vivre dans des eaux océaniques parfois en dessous de 0° ! Sans cet antigel, leurs cellules exploseraient.

A l’autre bout de la chaine « qualité », il y a les acides gras « Trans » ou « Hydrogénés » qui sont des acides gras saturés, donc très stables. Ils ne s’oxydent pas, ce qui constitue un atout du point de vue de la production et du commerce, puisqu’ils ne ranciront pas. Mais leur propriété mécanique est en rapport: ils sont rigides et cassants !

Voilà donc une petite métaphore qui peut nous aider à comprendre pourquoi il est fondamental d’intégrer dans notre alimentation ces fameux acides gras « Omega3 ». Mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg Oméga.

En effet, au niveau métabolique cette fois, de plus en plus d’études établissent la nécessité de rééquilibrer notre ratio de consommation Omega6/Oméga3. Ce ratio est voisin de 20 en moyenne en Occident alors qu’il devrait être de 3 !!!

Rééquilibrer ce ratio semble fondamental pour lutter contre la survenue du Cancer[1],[2] , les maladies cardio vasculaires[3],[4] , mais aussi pour renforcer notre immunité[5] . La liste n’est bien sur pas exhaustive.

Il est bien triste de voir que le « gras » est rangé au même niveau que les « sucres » dans la désormais célèbre injonction: « ne mangez pas trop gras, trop sucré, trop salé ».

Il est des gras vitaux sans qui la cellule même n’existerait pas. Il n’est pas de sucres vitaux à ce sens, et surtout pas les sucres industriels raffinés, qui sont les énantiomères toxiques des sucres naturels… mais ça aussi, nous y reviendrons sans doute prochainement.

Alors, en attendant, à vos Maquereaux, Anchois, Sardines ou autres Harengs, et bon appétit  🙂

[1] Miao Liu et al., « Elevation of n-3/n-6 PUFAs ratio suppresses mTORC1 and prevents colorectal carcinogenesis associated with APC mutation », Oncotarget 7, no 47 (22 novembre 2016): 76944‑54, https://doi.org/10.18632/oncotarget.12759.

[2] Soyeon Kim et al., « ω3-polyunsaturated fatty acids induce cell death through apoptosis and autophagy in glioblastoma cells: In vitro and in vivo », Oncology Reports 39, no 1 (1 janvier 2018): 239‑46.

[3] Artemis P. Simopoulos, « The Importance of the Omega-6/Omega-3 Fatty Acid Ratio in Cardiovascular Disease and Other Chronic Diseases », Experimental Biology and Medicine 233, no 6 (1 juin 2008): 674‑88, https://doi.org/10.3181/0711-MR-311.

[4] Esther Tortosa-Caparrós et al., « Anti-inflammatory effects of omega 3 and omega 6 polyunsaturated fatty acids in cardiovascular disease and metabolic syndrome », Critical Reviews in Food Science and Nutrition 57, no 16 (2 novembre 2017): 3421‑29, https://doi.org/10.1080/10408398.2015.1126549.

[5] Yang-Yi Fan et al., « Remodelling of primary human CD4+ T cell plasma membrane order by n-3 PUFA », British Journal of Nutrition 119, no 2 (2018): 163‑75, https://doi.org/10.1017/S0007114517003385.

Si nous parlions…Gluten …

Les intolérances au gluten fleurissent en France depuis quelques années déjà. Cependant, dans ma patientèle je constate que, bien heureusement, les maladies cœliaques ne sont pas légion. En Australie, face à cette « épidémie » d’intolérance au gluten, les Dr Peter Gibson et Susan Shepherd de l’Université Monash de Melbourne proposent depuis plus de 10 ans un autre angle d’attaque terriblement efficace à travers la prise en compte des fameux FODMAPs. Je vous laisserai découvrir cette approche sur leur site https://www.monashfodmap.com

Dès lors, pourquoi laisser les personnes qui se pensent intolérantes au gluten s’en priver, avec toutes les répercussions sociales, financières, frustratoires que cela entraîne ? Pourquoi laisser celles qui ne se sont pas (encore) résolues à la privation, dans la certitude que leurs maux de ventre sont inéluctables tant qu’elles n’auront pas le « courage » de l’éradication totale de ce « Satan »!?

Comme toujours, les choses sont plus subtiles et complexes que les jugements dogmatiques à l’emporte pièce veulent bien le faire croire. Interrogeons-nous : Continuer la lecture de « Si nous parlions…Gluten … »

Cette année …on casse les codes ! De la reconnaissance !!!

Allez, cette année on casse les codes …

Voilà pour ma part plus de 50 ans que reviennent invariablement les sempiternels vœux pour une année qui va naitre. Est ce pour autant qu’elle sera différente avec où sans vœux ?

D’aucuns me répondront que oui, ne pas recevoir par dizaines ou centaines des vœux de tous horizons, ne pas se sentir « liker » par un spectre de connaissances particulièrement large qui va des parents proches aux copines du copain de la copine, peut le cas échéant vous mettre le moral au niveau des polders Hollandais.

Dans cette optique je dis oui, oui et encore oui aux vœux de bonne année…. Mais de quoi s’agit il ? Continuer la lecture de « Cette année …on casse les codes ! De la reconnaissance !!! »

Ne tombons pas de Charybde en Scylla !

Les conseils en santé naturelle et compléments « universels » fleurissent ces derniers temps! Préservons nous de ne pas rejouer ce que les industries pharmaco chimiques ont joué durant plus de 70 ans. Je veux dire par là, que les laboratoires « naturels » s’inscrivent trop souvent dans la même ligne que leurs grands frères de la chimie. Ils nous proposent pour une « maladie », un ou plusieurs « complément » ou « alicament » sans pour autant connaître réellement la personne à laquelle ils sont destinés ! Continuer la lecture de « Ne tombons pas de Charybde en Scylla ! »