Obésité et Surpoids : Injonction ou accompagnement ?

Obésité et Surpoids : Injonction ou accompagnement ?

La nutrition, est clairement identifiée désormais comme le principal facteur de protection ou de risque en rapport avec pathologies chroniques telles que l’obésité, les maladies cardio-vasculaires, cancers, diabète de type 2 ou dénutrition. C’est un des déterminants majeurs de l’état de santé de la population (PNNSv4[1]).

Tous les patients obèses ou en surpoids, ont pris conscience de l’impact de la nutrition sur leur santé mais ils hésitent pour la plupart à solliciter leur médecin ou d’autres professionnels de santé tant ils redoutent l’injonction « faites du sport et un régime » parfois assénée violemment.

Les dernières recommandations du PNNS insistent sur la nécessité d’une approche intersectorielle et pluridisciplinaire de l’action en prévention. Tous les professionnels de santé doivent pouvoir prétendre à un rôle éducatif majeur pour la santé des patients et donc pour l’appropriation du « mieux manger ».

Le patient obèse souffre le plus souvent de retard de diagnostic tant pour l’obésité que pour les maladies connexes. Il semble que le médecin généraliste Français ne soit pas suffisamment formé pour l’accompagnement de tels patients[2] et le dépistage précoce.

Pour conseiller et accompagner le patient dans un changement d’habitude alimentaire, il est nécessaire que les professionnels s’appuient sur des données scientifiquement validées et sur une pédagogie active lui permettant de promouvoir une nutrition positive associant alimentation et plaisir, de prendre en compte la diversité des situations, la complexité de l’acte alimentaire et ses dimensions sociale et culturelle.

Dans un rapport récent, l’ANSES pointe du doigt la dangerosité des régimes amaigrissants[3]… alors que faire ? Certaines stratégies thérapeutiques, d’éducation pour la santé semblent donner des résultats bien plus intéressants que les pratiques injonctives éculées du « régime amaigrissant ».

Depuis quelques années émergent des pratiques empreintes des recommandations modernes relative à l’éducation pour la santé[4]. Le patient est abordé dans sa globalité Bio-psycho-sociale et l’accompagnement de ce dernier se fait selon des principes encore émergents certes, mais pour le moins efficients, que sont l’alimentation intuitive[5] ou l’alimentation de pleine conscience[6].

[1] Ministre des Solidarités et de la Santé, « Programme National Nutrition Santé 2019-2023 », 20 septembre 2019, https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/pnns4_2019-2023.pdf.

[2] Isabelle DUPLOMB, « Prévention et dépistage de l’obésité de l’enfant (enquête de pratiques auprès de 50 médecins généralistes) », 2009.

[3] « Régimes amaigrissants | Anses – Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail », 30 juillet 2019, https://www.anses.fr/fr/content/r%C3%A9gimes-amaigrissants.

[4] Jean-François d’Ivernois et Rémi Gagnayre, Apprendre à éduquer le patient: approche pédagogique (Paris, France: Maloine, DL 2016, 2016).

[5] Leslie Cadena-Schlam et Gemma López-Guimerà, « Intuitive eating : an emerging approach to eating behavior », 2015, https://doi.org/10.3305/nh.2015.31.3.7980.

[6] Janet M. Warren, Nicola Smith, et Margaret Ashwell, « A structured literature review on the role of mindfulness, mindful eating and intuitive eating in changing eating behaviours: effectiveness and associated potential mechanisms », Nutrition Research Reviews 30, no 2 (2017): 272‑83, https://doi.org/10.1017/S0954422417000154.

  • Connaitre et comprendre, en référence aux données scientifiques actuelles (ANSES, INSERM[1], HAS[2]…), les tenants et aboutissants de l’obésité.
  • Sensibiliser au concept de promotion de la santé.
  • Acquérir un savoir-faire, relatif aux compétences psycho-sociales de l’usager.
  • Être capable d’aborder le patient sous un angle propice à l’installation d’une relation de confiance.
  • Être capable de repérer les facteurs de risque de pathologies en lien avec la nutrition.
  • Construire et utiliser les « outils » d’accompagnement du patient obèse pour tendre progressivement vers une alimentation santé.
  • Connaitre et comprendre les différentes stratégies thérapeutiques pour un patient obèse (de l’entretien motivationnel aux chirurgies bariatriques).
  • Connaitre, comprendre et pouvoir utiliser dans le cadre d’une alimentation intuitive le contenu des objectifs nutritionnels prioritaires et spécifiques définis par le PNNS.

[1] « Obésité », Inserm – La science pour la santé, s. d., https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/obesite.

[2] « Surpoids et obésité de l’adulte : prise en charge médicale de premier recours », Haute Autorité de Santé, consulté le 5 novembre 2020, https://www.has-sante.fr/jcms/c_964938/fr/surpoids-et-obesite-de-l-adulte-prise-en-charge-medicale-de-premier-recours.

Médecins

Sages-Femmes

Masseurs-Kinésithérapeutes

Infirmier(e)s

Dr Florence GUILLEM SOLSONA

Docteur en Médecine générale

DESC1 de Nutrition

DU Psychosomatique et de thérapies à médiation corporelle

DU Nutrition médicale

DU Diabétologie

MONTPELLIER : 23 & 24 Avril 2021

PARIS : 8 & 9 Octobre 2021

Les séminaires de deux jours sont facturés 530€

Ils comprennent
  • Les deux jours de formation
  • Les deux repas de midi (pour les formations en présentiel)
  • Un accès personnel à l’extranet  de la formation reprenant le diaporama et d’autres documents pédagogiques.
  • un accès personnel à un forum de discussions dédié à la formation.
Ils ne comprennent pas
  • Les frais de déplacement
  • les frais d’hébergement ainsi que les petits déjeuners et repas du soir

Il est à la charge du stagiaire d’effectuer les démarches auprès…

Organisme de formation enregistré auprès de l'AN DPC sous le N°7626

  • de l’Agence Nationale de DPC pour bénéficier le cas échéant d’une prise en charge totale du stage et indemnisation forfaitaires des jours de formation.
  • Demande de prise en charge préalable auprés du FIFPLDu F.I.F.P.L. pour demander une prise en charge partielle de la formation si elle est agrée.