Double Crush Syndrome

Le « Double Crush Syndrom »… ça vous parle ?

Depuis l’énoncée de cette hypothèse en 1973 par Upton et Mccomas [1], bien des articles ont été publiés. Il s’agit simplement de considérer l’axone et à travers lui un nerf comme un tuyau d’arrosage. Le flux axono-plasmique qui le parcours détermine directement sa capacité à assurer la transmission du message électrique. Ralentir ou arrêter ce flux c’est ralentir ou stopper la vitesse de conduction de cet axone !

Dés lors, si en aval il existe un symptôme de type neuropathie, c’est tout le tuyau qu’il faut remonter à la recherche des points de compressions…et potentiellement, il n’y en a pas que deux ! Pour le seul nerf Médian si tristement célèbre nous pouvons en dénombrer pas moins de neuf !

Une étude récente[2] nous montre qu’un syndrome d’enfermement du Nerf Supra Scapulaire s’accompagne d’un enfermement associé au niveau cervical dans 1/3 des cas.

Cette même étude nous montre que les patients avec ce « Double Crush Syndrome » au niveau du nerf Supra Scapulaire on bien plus de chances d’avoir une atteinte du Nerf Médian.

Alors si cette approche vous intéresse et que vous souhaitiez libérer les « tuyaux », rejoignez nous sur une des formations « chaines neuro vasculaires du membre supérieur »


[1] AdrianR. M Upton et AlanJ Mccomas, « THE DOUBLE CRUSH IN NERVE-ENTRAPMENT SYNDROMES », The Lancet, Originally published as Volume 2, Issue 7825, 302, no 7825 (18 août 1973): 359‑62, https://doi.org/10.1016/S0140-6736(73)93196-6.

[2] Yoshihiro Katsuura et al., « Shoulder Double Crush Syndrome: A Retrospective Study of Patients With Concomitant Suprascapular Neuropathy and Cervical Radiculopathy », Clinical Medicine Insights: Arthritis and Musculoskeletal Disorders 13 (1 janvier 2020): 1179544120921854, https://doi.org/10.1177/1179544120921854.

Le « complexe » de l’épaule

Pourquoi « caler » sur une épaule ?!

Quelle plus belle(s) articulation(s) que l’épaule pour cultiver et développer la puissance de la pensée complexe telle qu’exposée par Mr MORIN depuis tant d’années ?

Quel plus beau terrain de jeu pour développer ses compétences en pensée systémique promue entre autres par Mr De ROSNAY?

C’est vrai que j’ai souvent « calé » sur des patients à l’épaule récalcitrante qui ne voulait pas rentrer dans le cadre très systématique du plan, qu’il soit sagittal, frontal ou transversal !!!

Mais ce n’est pas l’épaule qui est récalcitrante, c’est mon cerveau. Il peine à embrasser une approche systémique pourtant seul paradigme donnant accès au réel mode de fonctionnement de notre corps.

De l’enseignement sur les « Ramblas »

Vous voulez vous en convaincre alors laissez-moi vous raconter ce qui m’est arrivé sur les « Ramblas » de Barcelone il y a quelques années.

Mime du robot

Non loin de la statue de Christophe Colomb, tout en bas des Ramblas, proche de la mer, mon regard est attiré par un artiste qui danse de façon parfaitement saccadée, détachée, rigoureusement découpée en des gestes vifs, simples, selon des axes uniques ne semblant pas pouvoir, pas vouloir, se combiner. Cet artiste reproduit de façon saisissante le robot. Sa gestuelle est si parfaitement contre nature, que la performance apparait immédiatement virtuose.

Remontant l’allée grouillante de monde, je m’arrête un peu plus haut, devant une estrade, parfaitement circulaire, où une jeune artiste en robe noire et bustier rouge, juchée sur ses talons, castagnettes en paumes, nous régale d’un flamenco incendiaire.

Danseuse de Flamenco

La coordination de ses gestes semble parfaite. La pointe du pied se met en mouvement, concomitamment au frisson ascendant, qui parcours l’entièreté de son corps jusqu’à ses cheveux et même ses phalanges ! Cela ne laisse manifestement personne indifférent, à en juger par l’attroupement constitué autour de cette scène. Le corps apparait comme un tout, à la fois indivisible et d’une surprenante fluidité qui ne doit pourtant rien à la fragilité. …

Bon sang ! mais c’est bien sur !!

Ma formation de masseur-kinésithérapeute m’a produit, expert des mouvements analytiques, rompu à l’analyse des plans sagittaux, frontaux ou transversaux. Ma formation m’amène à considérer mes patients comme des robots !

Mais la vie, la réalité de la chair de mes patients est toute autre ! Elle relève clairement du flamenco, de la fluidité des « chaines » neuro musculaires, des « lemniscates » dans lesquelles s’inscrivent les mouvements par une combinaison subtile et unique, propre à chacun de nous, de tous les axes articulaires.

Découper, fragmenter, disséquer, systématiser pour aborder, appréhender le vivant c’est bien, c’est même nécessaire du point de vue didactique. Mais bien vite il faut remettre le combiné, le complexe, le systémique pour comprendre le vivant et ses éventuelles dysfonctions !

Nager dans le système …pour ne pas caler !

Alors oui, l’épaule avec ses 4 ou 5 articulations, sa vingtaine de muscles mais aussi son implication dans la logistique de la préhension, oui, cette épaule est un beau modèle pour plonger et nager dans le merveilleux océan du complexe, du systémique. Et, dès lors que nous savons nager dans ces eaux, tout devient plus confortable, de la démarche diagnostique jusqu’au traitement, tout est plus fluide, plus limpide, pour le plus grand bonheur de nos patients et plus égoïstement pour le plaisir dans nos pratiques

Les Gras…

Le gras a encore mauvaise presse …et c’est fort dommage !

Du moins devrait on être capable de discerner le « bon gras » du « mauvais gras ».

Parle-t-on des bons gras généreusement donnés par de nombreuses plantes, fraichement mangées ou broyées ? Le revers de la médaille c’est que ce gras ci, très riche en acide gras polyinsaturés, particulièrement bon pour notre santé est aussi particulièrement fragile. Il rancît vite !

Ou parle-t-on du mauvais gras qui justement a été saturé (ou hydrogéné) ? Ah ! Celui si se conserve fort bien et rancît très tardivement. Il peut donc bénéficier d’une DLC (Date Limite de Consommation) fort longue. Mais à quel prix pour notre santé !

Il est très clairement démontré aujourd’hui qu’un faible ratio Omega6/Omega3 nous protège des maladies inflammatoires au sens large. Qu’il s’agisse bien sur des maladies cardio vasculaires[1], mais aussi des maladies de peau[2], des cancers[3] ou encore des soucis d’arthrite[4].

Eh bien il semblerait que ce soit aussi un facteur important de protection contre les formes graves de Covid-19[5] !

Continuer la lecture de « Les Gras… »

La planète tousse…alors que faire ?

La planète est secouée ! Elle tousse, hoquète.  

Peut-être est-il temps de considérer l’humain comme une petite partie du Tout qu’est notre biosphère ?

Peut-être que cet accident de l’humanité nous poussera enfin à aborder le vivant dans sa dimension systémique comme le propose Joël de ROSNAY[1] ?

Peut-être saurons nous accorder une oreille, voir deux, à une approche complexe du vivant comme le suggère depuis plus de 50 ans Edgar MORIN[2] ?

L’alimentation est un levier de premier ordre pour aborder la santé de l’humain mais aussi celle de la planète comme l’explique si bien le groupe de chercheurs dans « The Lancet »[3]. Ce qu’il serait bon de consommer pour notre santé, serait aussi vertueux pour notre environnement…. Alors pourquoi ne retroussons-nous pas nos manches, résolus à « bien » manger, résolus à « bien » vivre ?

Continuer la lecture de « La planète tousse…alors que faire ? »

Les incendies d’Australie… le Covid-19 : tout ça c’est la faute des publicités !… Et si ce n’était pas si bête ?!

Notre hiver fût marqué par les incendies sans précédent en Australie où la biodiversité a payé un très lourd tribut à la gestion extensive de ce vaste territoire.

Pourtant depuis quelques temps, certains chercheurs nous alertaient sur la dangerosité de pratiques « modernes » de la gestion du feu[1]. Les aborigènes avaient des pratiques probablement pluri-milléniales, qui leur permettaient de « vivre dans leur paysage » plus que « gérer les ressources »[2]. Le changement de paradigme est pourtant clair du point de vue du changement sémantique !

Le résultat des incendies, largement médiatisés cet hiver, est une perte profonde et massive de la biodiversité sur ces territoires. Ce qu’il en adviendra ? Nul ne peut honnêtement le dire tant la « modélisation » du vivant et de sa résilience est hors de portée des capacités de calculs fussent-elles colossales des Deep Blue et consorts !

Continuer la lecture de « Les incendies d’Australie… le Covid-19 : tout ça c’est la faute des publicités !… Et si ce n’était pas si bête ?! »

La régénérescence cellulaire

Il est toujours stupéfiant de voir à quelle allure notre corps se régénère[1].

Il est, chaque année, encore plus stupéfiant de lire des études qui montrent à quel point cette régénérescence est permanente tout au long de notre vie[2]  et concerne tous les compartiments de notre organisme[3].

Il est vertigineux d’appréhender à quel point toutes les parties de notre corps sont en interdépendance parfois même les plus incongrues – comme le microbiote intestinal et notre cerveau – avec parfois à la clé la modification de nos « humeurs »[4] !

En ce qui concerne la régénération de nos « tissus », pensons qu’en moyenne nous renouvelons nos entérocytes, c’est-à-dire la couche cellulaire qui tapisse notre intestin, tous les 2 à 4 jours !! Sachant que cette surface d’échange avec le milieu extérieur que constitue ces innombrables entérocytes est supérieure à un cours de tennis, nous pouvons nous figurer la tâche qui incombe à notre corps en termes de changement des « pièces d’usures ».

Que faire alors pour aider, ou du moins ne pas handicaper, cette régénération de tous les instants ?

Continuer la lecture de « La régénérescence cellulaire »

Les « enfermements » Neuro-Vasculaires

J’ai récemment eu la surprise de constater que l’idée selon laquelle les nerfs pouvaient être victimes de pathologies d’enfermement était pour certaines et certains confrères une sinistre supercherie. J’en suis d’autant plus désolé que ce genre de description est largement décrite dans la littérature depuis de nombreuses années.

Wall et Melsack dans leur célèbre ouvrage[1] reviennent sur ces pathologies dans plusieurs chapitres. Ils jettent les bases de la compréhension de ces pathologies d’enfermement et de leurs incidences potentielles sur la douleur.

Un peu plus tard, Dawson[2], approfondi le sujet de ce qu’il baptise « entrapment neuropathies » et il commence à lister les sites privilégiés où on peut rencontrer ce genre de dysfonctions.

Continuer la lecture de « Les « enfermements » Neuro-Vasculaires »

Un point sur les probiotiques s’impose !

Je reçois aujourd’hui dans mes courriels une publicité pour « LE probiotique Français, issus de la recherche médicale et qui va vous faire perdre 13Kg en 30 jours et sans changer vos habitudes » Il est même précisé « pas besoin de sport » !

La publicité est-elle là pour nous rendre idiot ? Peut-être y parviendra-t-elle ?

Essayons avant, de regarder les choses objectivement.

De ce que nous savons aujourd’hui, notre Microbiome, c’est-à-dire la sphère écologique qui nous accompagne nécessairement toute notre vie, vari en permanence autour de facteurs environnementaux multiples, dont l’alimentation, mais ne doit guerre s’éloigner d’une base constituée de plusieurs milliers de souches différentes. Cette « base » est propre à chaque individu, avec la même spécificité que les empreintes digitales par exemple.

Continuer la lecture de « Un point sur les probiotiques s’impose ! »

Que ta nourriture soit ton médicament…

Une « Infox » de plus !!!

Est-ce que pour autant Hippocrate aurait renié cette maxime qu’on lui prête aujourd’hui ?

Le « papa » de la médecine, n’aurait jamais parlé ainsi des aliments et des médicaments dans son « Corpus Hippocraticum »[1] . La distinction était pour lui évidente entre un Aliment, considéré comme de la matière que notre corps transforme pour son bénéfice et un Médicament qui vise à changer la nature même de notre corps.

En revanche et toutes les générations de médecins qui ont prêté le fameux serment le savent bien, Hippocrate a bel et bien proclamé « primum non nocere« … avant tout ne pas nuire !

Continuer la lecture de « Que ta nourriture soit ton médicament… »

Dame Rachis et Monsieur de L’Intestin… … Ou le derrière et le Dedans

Dame Rachis, harassée par sa charge quotidienne
Se plaignait souvent, du matin : trop rouillée au soir trop : fatiguée,
Que le sol est bien bas et son étreinte pesante
Pour sa silhouette articulée pourtant bien gainée.

Monsieur de l’Intestin vivait toujours caché
Bougon et irrité, il faisait pourtant sa besogne nécessaire
Non sans manifester ses accès de fureur de détresse ou d’ennui.
Pièce maitresse d’un corps impétueux, dans le noir patiemment,
Il attendait légitimement
Une reconnaissance des colocataires
De ce corps arbitraire.

Un jour fatigué des revendications de chacun,
Le Cerveau décida de convoquer tous les protagonistes
Que tous se présentent et disent leurs attentes.

Le coup de foudre fût retentissant
Entre dame Rachis et Monsieur de l’Intestin.
Ils partageaient depuis tant d’années …
Le même espace mais dos tourné !
Désormais face à face ils ont choisi d’évoluer.
Dame Rachis n’est plus harassée.
Monsieur de l’intestin toujours de bonne humeur.

Désormais toute la copropriété
Fête ces deux mariés
Qui lui donnent joie et prospérité.

Continuer la lecture de « Dame Rachis et Monsieur de L’Intestin… … Ou le derrière et le Dedans »